Contact

Association sportive et culturelle "Ligue de Croche"
île de la Réunion-France
 
Mail: -> Cliquez ici <-

 Plus...

.Téléchargez la codification authentique de la croche (dans son style de préhension uniquement)

Présentation

Ligue de Croche

Disciplines à la loupe

La Croche en détail

Rencontre avec...

Fermer Les compétiteurs

Fermer Les professeurs

Webmaster - Infos

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
20 Abonnés

La Croche en détail - Revue de presse


Article du Quotidien de la Réunion 17/12/2014

Article du Quotidien de la Réunion 17/10/2014

 

Dans le Quotidien de la Réunion - jeudi 25/09/14


Dans le Quotidien de la Réunion - jeudi 22/05/14

La Croche sur RFO

Katiana Castelnau et son équipe de l'émission Kap ou pas kap nous ont rendu visite à l'Académie La Croche pour faire une surprise à Monsieur le Maire de Bras Panon.

Daniel Gonthier s'est aimablement prêté au jeu et a apprécié la démonstration de croche effectuée par les membres de l'Académie parmi lesquels Patrick Blanca, Jean-Pierre Tarley et Daniel Maurer.

Voici les horaires des diffusions sur RFO :

- lundi 10 mai

- mercredi 12 mai 

- et vendredi 14 mai à 12h00 dans le Mag qui se déroule en 3 modules.

L'intégralité de l'émission :

- vendredi 22h30 (14 mai)

- samedi 19h30 (15 mai)

- et dimanche 14h45 (16 mai) de la même semaine.

Des démonstrations sont déjà envisagées à Bras-Panon, ce qui permettrait de faire un peu plus connaître notre discipline traditionnelle réunionnaise "la croche" aux habitants de l'est ; tout en rappelant que le CLSS de Sainte-Suzanne, de Jocelyn Ramsamy-Mouti, et le Nikla's Sport Center d'Henri Latouze ont déjà enseigné ce sport dans l'est de la Réunion.  

La Croche dans le Quotidien des Jeunes

LUTTE : J-1 des premiers championnats de "LA CROCHE"
01.06.08 .
http://www.aazsport.com/index.php?id=181&tx_ttnews[tt_news]=1307&tx_ttnews[backPid]=46&cHash=d752569780

LUTTE : Premiers championnats de La Réunion de "Croche"
01.06.08 .
http://www.aazsport.com/index.php?id=181&tx_ttnews[tt_news]=1298&tx_ttnews[backPid]=46&cHash=a97b216a78

Les média s'intéressent à l'action de l'AS La Croche. 

Archipel n°34 de février 2007

 

Patrick Blanca, enfant de la Croche

Le Quotidien de la Réunion du 20 janvier 2007 dédicace une page entière à Patrick Blanca, animateur sportif pour la commune (spécialisé "la croche et luttes olympiques") qui raconte le Saint-Paul de son enfance sans oublier l'activité dont il s'est fait le "Sarda Garriga" (pour reprendre l'expression de François Perraut : la Croche (voir l'encart "Enfant de la croche").

 

 


 


 

Dans le Télémag n°511 du 16 mai 2006

Le magazine Télémag Réunion se fait écho de la sortie du livre "La Croche - Lutte traditionnelle réunionnaise" dans son numéro 511 du 16 mai 2006 (avec toute l'équipe de "Jardinot & Co" en couverture).

 

 


 


 

Dans les archives de 1991 ... Sur la piste de "la Croche"

Dans un article du Quotidien (de l'île de la Réunion) daté du 18 mars 1991, intitulé "George Carbasse, Sur la piste de la croche ", ce cadre national disait au journaliste Jean Mesnard :
"Dans chaque pays, la lutte existe, avec des variantes créées par les traditions. Il faut partir de là. Ici, j'ai entendu parler de "la croche", une forme de lutte traditionnelle. Mettons nous à la recherche de la "croche" ...
Ses propos étaient d'ailleurs confirmés par Bernard Sabatier dans un magazine local (de la même année) qui saluait la création récente du Comité Régional de Lutte de la Réunion :
"A la Réunion, la forme de lutte la plus connue n'est autre que "la croche"."
15 années après la déclaration de George Carbasse, le travail de recherche a abouti. Un livre entier est consacré à la croche, la lutte traditionnelle réunionnaise. Patrick Blanca, professeur de lutte, Frédéric Rubio, expert auprès de la CONFEJES et de la FILA et Jérôme Sanchez, ont effectué ce travail de recherche dont il parlait, de synthèse des nombreux témoignages et une règlementation/codification a émergé, compatible avec les règles des luttes olympiques.
Le livre a même été présenté à la FFL, ce 28 avril 2006, par René Mardaye, président du Comité Régional de Lutte de la Réunion.
 
Espérons que cette discipline recevra le meilleur accueil de la part de la FFL (c'est-à-dire une reconnaissance équivalente à celle du Gouren, par exemple) avec les développements que cela implique.
 

 


 


 

COURRIER DES LECTEURS: La croche ... [18 avril 2006]

A deux pas de la boutique du chinois, il a lancé le défi à l’ensemble des dalons assis sur le muret. Ce jour-là, celui qui donna son accord était loin de se douter de la suite des événements. Le cercle formé, la virilité de la première empoignade retentit dans tout le quartier. Les connaisseurs comprirent tout de suite que les corps allaient souffrir. " Soukali " puis " bat-à-terre ", la " clef malgache " souleva le bras opposé et le claquement qui s’en suivit éteignit d’un coup les encouragements des spectateurs : la grimace de douleur était le signe d’une véritable luxation de l’épaule. A cette époque-là, Sainte-Marie abritait seulement un médecin. Le vainqueur n’hésita pas une seconde, chargea son ami sur le dos et gravit comme un seul homme toute la Grande Montée. 5 Km après, le blessé était entre les mains du docteur des hauts. Joutes amicales en toute combativité, avec le souci d’obtenir " lapé " et de ne jamais (sauf accident) attenter à l’intégrité physique de l’adversaire, les marmailles et les jeunes hommes de l’île adoraient s’adonner à ce type de pratique qui nécessitait courage, technique et loyauté. A la nuit tombée, lorsque mon père désirait vraiment m’endormir, il s’asseyait au bord du lit et me racontait des histoires plus ou moins vécues de combats extraordinaires. Trapu et rapide, son passage arrière suivi d’une immobilisation à terre était redouté de Saint-Denis à Sainte-Suzanne. Ainsi se pratiquait " la croche " jusqu’aux années 1960-70. La télévision puis les sports modernes ont débarqué avec la départementalisation reléguant petit à petit la majorité de nos coutumes au rang d’activité " lontan ". L’identité d’un peuple se construit les pieds fortement ancrés au sol et la tête au -dessus des nuages : maloya, séga, rougail et parler créole se sont adaptés en s’enrichissant de cultures diverses. L’imagination propre à l’espèce humaine a su inventer des sonorités, des saveurs, des mots nouveaux et les activités ludiques mettant en jeu le corps se sont transformées en disciplines sportives. Il paraît que " la croche " serait sur le point de renaître quelque part du côté de Saint-Paul. Si mon père était encore de ce monde, il en profiterait pour me conter à nouveau l’histoire de " Ti clou ", le menuisier de la croisée qui de trois vieilles planches était capable de refaire un meuble-colon grâce à son savoir-faire et son esprit novateur. " La croche ", sport d’hier et de demain : à deux pas de la grotte des premiers Français, des rêveurs " y tire "...

Lambi

 


 

La Croche était à l'honneur dans "L'archipel - Le magazine de Saint-Paul", numéro de décembre 2005 :

- la couverture qui titre "La Croche à Saint-Paul : 100% réunionnais"

- et un article en page 5 qui décrit ce sport comme élément  incontournable du patrimoine réunionnais.

 

 


 

 

 

 


 

 RÉUNION
Allons jouer à la croche !


Longtemps délaissée au profit du catch et les divers arts martiaux importés d’Asie, la croche, joute conviviale d’antan, se laisse redécouvrir par des Réunionnais enthousiastes.

Les Réunionnais pratiquent la croche, une lutte innocente pour jouer et manifester de l’amitié.<br />Les jeux-longtemps – au même titre que les “z’histoires” et les sirandanes – s’inscrivent dans les traditions populaires qui enrichissent le patrimoine culturel en perpétuel mouvement. Ainsi de la croche, joute conviviale, qu’il importe de sauvegarder et que quelques irréductibles s’appliquent à faire redécouvrir.

Avant d’être délaissée au profit des sports importés (judo, karaté, kung-fu, etc), la croche, telle qu’elle se pratiquait il y a quatre ou cinq décennies, était une activité à la fois spontanée, indissociable de la vie de tous les jours. Activité de loisir populaire authentiquement réunionnais, ce n’était ni un sport, ni un combat, ni un art, mais simplement un jeu, un divertissement, à deux, entre amis. Une lutte innocente, pour jouer, pour manifester l’amitié en se touchant. Et, à ce titre, bien évidemment sans se faire mal. Sans véritables règles non plus. Avec ses ficelles, ses tactiques – en un mot, avec ses saveurs.

C’était un jeu qui réapparaissait par saison, comme ceux de cannettes, de cadoques, de “toupies” et autres feuille verte ou la main dann poche. En tant que lutte, qu’on se le dise, la croche n’a rien à voir avec le moringue, forme de combat d’origine africaine et apparentée à la capoeira brésilienne. C’est la lutte sans les frappes. Les marmailles (frères... et sœurs, voisins, camarades de classe) la pratiquaient jusqu’à l’adolescence, dans la cour de l’école durant les récréations (sans forcément que les maîtres et maîtresses ne leur fassent de remontrances), ou autour de la case après les classes (avec l’assentiment des parents, ... une fois les corvées terminées, cela s’entend), ou aux abords de la boutique (au retour des commissions), ou bien sur le terrain de foot, voire sur la plage, pendant les vacances. Pour beaucoup d’anciens, actuels quinquagénaires, la croche, c’était - même s’ils se refusent à parler de sport - “le sport de leur jeunesse”, nous disent avec nostalgie la plupart de ceux avec qui nous l’avons évoquée.

“C’était une façon de se mesurer entre gamins d’à peu près le même âge. Montrer sa force, son agilité, ce qu’on savait faire.” Il s’agissait de s’empoigner, de faire plier l’autre, de le bloquer au sol et ainsi de l’amener à se soumettre, à reconnaître que vous étiez plus fort que lui. Alors, le soumis criait “Arrête ! Tire ! La paix !” Et le vainqueur le libérait. Ils se congratulaient aussitôt, comme pour bien montrer qu’il ne s’agissait que d’un jeu, que le moment de fraternelle hostilité était terminée. Aucun ne gardait rancune”, racontent-ils.


Entre tradition et modernité

Grâce à la tradition orale et à la passion d’une poignée d’irréductibles qui ont souhaité faire œuvre de mémoire, la croche revit aujourd’hui. Au sein de clubs. Non plus comme un loisir, mais comme un véritable sport de combat moderne. Avec, en conséquence, des codes, des règles désormais définies. Un sport... noble, ouvert à tous, enfants et adultes, qui est en passe d’obtenir sa reconnaissance, puisqu’il est même devenu une discipline éducative et donc enseignée depuis mars dernier. La mairie de Saint-Paul a détaché à temps plein Pascal Blanca pour l’enseignement de la croche dans les écoles.

Bref, une discipline tout aussi conviviale qu’autrefois et qui concilie tradition et modernité. Le Saint-Paulois se souvient de la croche de ses jeunes années. Bien des années plus tard, il s’est lancé, nous dit-il, dans l’apprentissage du sambo, un sport de combat qui allie la lutte libre et le judo russe. Dans le même temps, il croit déceler les “techniques” de la croche dans des bagarres de rue auxquelles il lui est donné d’assister. Avec Jérôme Sanchez, il recherche des témoignages d’anciens, note les résultats de sa collecte, compare, recense les techniques et méthodes, codifie les gestes.

Avec Frédéric Rubio, itinérant de la Fédération française de lutte, expert en luttes traditionnelles africaines (il a passé quinze ans à recenser toutes les luttes traditionnelles pratiquées dans les différents villages du Sénégal), tous trois s’attèlent à l’élaboration d’un livre, qui vient de sortir et est déjà reconnu comme un ouvrage de référence. C’est leur combat contre l’oubli, disent-ils.

Grâce à leurs recherches, patientes et obstinées, nous pouvons affirmer que la croche se pratiquait déjà au tout début du XXe, voire vers la fin du XIXe siècle, partout dans l’île. “Dans les hauts, depuis toujours”, rapportent certains. “Dans les cours d’usines sucrières” aussi, selon d’autres. Parmi eux, des Malgaches et des Comoriens, qui soutiennent que cette pratique était bien ancrée au sein de leurs communautés. Elle brassait d’ailleurs toutes les communautés ethniques et toutes les classes sociales de l’île, confirment tous les témoins.

Quant aux origines de la pratique, les hypothèses avancées se contredisent. Beaucoup de gens pensent que la croche est véritablement née dans l’île. Peut-être au contact d’immigrants malgaches ou africains – la Réunion n’est-elle pas depuis toujours perméable à tout ce qui vient de l’extérieur ? Il est vrai que dans la société traditionnelle malgache les jeux de lutte, essentiellement paysanne, réglaient le quotidien des villages. Ils se déroulaient à l’occasion de cérémonies dans les fêtes coutumières

“Au cours du daka ou diamanga, sur les Hauts Plateaux, les combattants cherchent à se frapper et/ou se déséquilibrer uniquement en se servant des pieds et des jambes”, selon le Manuel de lutte africaine. Mais la croche ne peut être apparentée à de tels jeux ou combats quand bien même cordiaux, puisqu’elle excluait les frappes. Elle n’avait pour but que d’amener le lutteur adverse au sol, pour le soumettre verbalement, grâce à l’agilité, la force, voire la ruse, mais jamais par des coups. La transmission se faisait à l’intérieur– même des familles, de père en fils et de frère en frère, également de frère en sœur et de sœur en sœur, et de camarade de jeux en camarade de jeux.

Chacun peaufinant ses ficelles, inventant les techniques. Exception qui confirme la règle, citent Patrick Blanca, Frédéric Rubio et Jérôme Sanchez, un M. Rousse de Saint-Paul, crocheur juste après la seconde guerre, disposait de... son propre entraîneur en la personne de Bras Daniel. Autre indication, certains crocheurs, eu égard à leur renommée, à leur technique ou à leur force, s’affublaient de surnoms comme Tit boeuf. Il arrivait parfois que l’agressivité prenne le dessus, un des crocheurs en profitant pour régler un différend, ou a contrario que l’un d’eux soit trop susceptible, le perdant évidemment.

D’un commun accord, les lutteurs savaient s’arrêter à temps et faire la paix. Si la croche était un jeu d’enfants, il arrivait aussi que des adultes s’y mettent, peut-être par nostalgie de leurs jeunes années. Toujours avec des camarades de leur même classe d’âge. Plus rarement, un adulte défiait un adolescent particulièrement fort ou habile : c’était pour rappeler qu’il avait connu son heure de gloire et peut-être montrer qu’il n’avait rien perdu de sa vigueur.


Origine réunionnaise établie

À l’Académie de la croche, les jeunes enfants apprennent les techniques recensées. Les dénominations d’autrefois comme cales (crocs-en-jambe ou balayages) sont toujours valables, certes, améliorées, précisées. Ainsi, attraper les deux pattes désigne un ramassement de jambes à partir de la position debout, tandis que serrer les jambes est valable pour des ciseaux au sol pour par exemple couper la respiration. Tirer derrière la tête ou pousser la tête vers le bas est utilisé pour déséquilibrer le partenaire.

Chaque lutteur possède ses propres techniques, ses bottes secrètes. Les bras dann collet (saisies au cou) ou tranglements (clés de bras ou de pieds) et autres immobilisations en croix permettent d’annoncer la victoire. Des techniques de soumission qui sont propres à d’autres disciplines comme le judo.

Traditionnellement, la croche n’avait pas de règles bien établies. Sans être codifiée, elle était réinventée à chaque saison, dans chaque quartier et par chaque génération. Il était toutefois précisé que les actes violents étaient exclus et les fautifs étaient écartés et ne trouvaient plus de partenaires.

Ainsi, pas de coups ni de morsures. Il n’était pas non plus question de tirer sur les vêtements, pour... ne pas les déchirer et ainsi éviter les corrections parentales. La lutte démarrait toujours debout, bras tendus. Et elle prenait fin quand, une fois les adversaires à terre, le plus mal en point, le souffle coupé, battait la main à terre, ou avait la force de crier “Arrête !” ou “Tire !” ou “La paix !”. Sans qu’il y ait de durée pré-établie, cela pouvait durer de quelques minutes à un long temps, c’est-à-dire tant qu’un crocheur ne s’avouait pas vaincu et pouvait encore lutter sans avoir le souffle coupé. Aux dires de certains gramounes, il pouvait y avoir plusieurs rounds, comme au catch.

C’est justement le catch, le judo et les divers arts martiaux importés d’Asie, ainsi que le renouveau du moringue, discipline pratiquée entre z’hommes (entendez, entre adultes), pouvant être violente, qui ont éclipsé la croche, dans les années soixante-dix. Et même si l’origine réunionnaise de la croche semble établie, il n’est pas impossible que des crocheurs se soient laissés influencer par certains sports de combat récemment arrivés dans l’île, outre des techniques de luttes traditionnelles malgaches. Il est permis de constater que la société de consommation a tué la société traditionnelle.

Clicanoo.com


 

 


 


 

 

 
 
Salon des arts martiaux et des sports de combat
Les spécialistes de la Croche n'ont pas manqué ce premier Salon des arts martiaux et des sports de combat. Une manifestation qui a attiré nombre d'initiés. ...
Lire l'article complet

 


 


 

Des Saint-Paulois veulent réhabiliter une discipline pratiquée jusque dans les années 70 dans l'île - JIR(24/11/04)

Activité spontanée, “la croche” a été pratiquée jusque dans les années 70 dans l’île. Entre amis. Elle est ensuite tombée dans l’oubli. S’appuyant sur des témoignages d’anciens, un groupe de Saint-Paulois travaille à sa réhabilitation....
Lire l'article complet

 


 


 

contact@aazsport.com

Categorie: Lutte

Ce dimanche 1er juin de 9h à 18h à l'Etang St Paul se tiendront les premiers Championnats de la Réunion de lutte traditionnelle réunionnaise "La Croche".



 

La croche est la forme traditionnelle de lutte de La Réunion. Elle est née à La Réunion au 19ème siècle.
Sa réhabilitation a commencé il y a six ans et elle arrive enfin à maturité avec l'organisation de ces championnats.

Lieu de compétition

Salle de danse et d'arts martiaux
33 rue La Croix
Etang St Paul

Catégories de poids

55kg
60kg
66kg
74kg
84kg
96kg
120kg

Récompenses

Les trois premiers de chaque catégorie recevront une médaille et le champion un diplôme supplémentaire orné du logo du Comité Régional de lutte de La Réunion.

 

contact@aazsport.com

Categorie: Lutte

Voici la liste des participants aux premiers championnats de la Croche qui se dérouleront ce dimanche 1er juin à l'Etang St Paul à partir de 9h00.



 

Les 40 compétiteurs engagés, issus de 9 clubs différents, tous licenciés au Comité Régional de Lutte de La Réunion, sont répartis par poules de 2, 3 ou 4 combattants, avec des têtes de série (en fonction de leur palmarès en croche), dans les 7 catégories officielles des luttes olympiques.

A noter la présence de 10 champions régionaux 2007 ou 2008 de lutte libre, grappling, lutte gréco-romaine, sambo combat et/ou judo. Sans oublier les 5 vainqueurs des précédents interclubs de croche.

Catégorie moins de 60 kg

Poule A
Nabil Timol (CK)
Tony Verbard (BDN) Tête de série
Stéphane Gaudins (CK)

Poule B
Eddy Philogène (FF) Tête de série
Mathieu Bimbard (CK)

Catégorie moins de 66 kg

Poule A
Wilfrid Sellaye (CLPJ) Tête de série et Champion régional
Redwane Ingar (CK)
Alexis Bour (RKH)

Poule B

Romain Gamel (CK)
Patrice Parmanum (CLSP) Tête de série
Judickaël Admette (F1TT)

Poule C
Rafaël Alexandrino (FF)
Frédéric Vaxelaire (CK)
Vincent Germain (RKH)
Josin Remanaly (F1TT) Tête de série

Catégorie moins de 74 kg

Poule A

Lino Charlettine (ALC)
Christian Verlissier (FF)
Aurélien Fosse (FF) Tête de série
Brian Smize (RKH) Champion régional
 
Poule B

Jérôme Mussard (SE) Champion Régional
Willy Serveaux (FF)
David Vidot (RKH) Tête de série
Yves Kerenfort (CK)

Catégorie moins de 84 kg

 Poule A

Pascal Puylaurent (F1TT) Tête de série
Gérard Allouette (SE) Champion régional
Boris Gamel (RKH)
 
Poule B

Johny Adelin (CLPJ) Tête de série et Champion régional
Romain Paumel (CK)
David Fraumens (FF)

Catégorie moins de 96 kg

 Poule A

Yves Preira (CLSP) Tête de série et Champion régional
Christophe Boyer (CLPJ) Champion régional
Faniry Fanomezantsoa (FF)

Poule B

Jean-Hugo Fayol (FF) Tête de série
Johnny Marimoutou (SE) Champion régional
Lionel Sanchez (RKH)

Catégorie moins de 120 kg

 

Poule A

Michel Thazar (FF)
Alexandre Hoarau (RKH)
Emmanuel Sénardière (CLSP) Tête de série et Champion régional
 
Poule B

Jean-Pierre Tarley (BDN) Tête de série et Champion régional
Jimmy Mahé (97kg) RKH

Les Clubs

CLSP : Club de Lutte de Saint-Pierre
BDN : Lutte Croche Bois de Nèfles
FF : Culb Sportif et Culturel Cité Hyacinthe - Free Fight
RKH : Run Kyokushin Honbu – Sambo
CLPJ : Club de Lutte Paul Jougla de Saint-Denis
SE : Sambo de l’Est (Saint-André)
F1TT : Fleurimont 1 Top Team – Grappling
CK : Clan K
ALC : Académie La Croche

 

 

Le magazine Escale d'Air Austral n°51 (juin-août 2006)

consacre un article au livre "La Croche, lutte traditionnelle réunionnaise" (p.18)....
En voici le texte : "La Croche, lutte créole.
Beaucoup moins connue que le moringue, la croche aurait pu sombrer dans un oubli définitif sans l'obstination de quelques passionnés. Forme de lutte traditionnelle aux évidentes influences afro-malgaches, la croche a sans doute été pratiquée, comme un jeu, dès les premières décennies de peuplement de l'île. Trois spécialistes de la lutte ont collecté, dans les mémoires, les souvenirs de ces affrontements rituels. Ils se déroulaient, comme le moringue, à l'abri des regards. Sur la base de ces archives orales, les techniciens ont reconstitué les codes et les règles de ce "judo créole du pauvre". Ce petit livre réunit toutes les connaissances accumulées sur la croche et propose des outils pédagogiques pour la faire revivre. "

 

Un expert de la lutte pour un ouvrage - JIR(24/11/04)
Itinérant de la fédération française de lutte, Frédéric Rubio a longtemps sillonné les villages africains. Ses quinze années passées au ...
Lire l'article complet

 

"De la Croche au menu des élus" - Le Quotidien (28 octobre 2005)
"Une séance qui débuta d'une façon pour le moins originale avec une démonstration de lutte pays : la Croche. Après avoir jeté  quelques tapis au milieu de la salle du conseil, deux lutteurs [Florent Chaussalet, de dos, et Jean-Pierre Tarley] ont fait montre de leur technique de combat. Pour l'association la Croche, il s'agissait de sensibiliser les élus saint-paulois sur un sport 100% réunionnais disparu dans les années 1970 et que quelques passionnés tentent aujourd'hui de faire revivre. Ainsi, Patrick blanca et les siens ont retrouvé les principales techniques de ce sport en interrogeant les anciens et les ont consignées dans un ouvrage dont le conseil a fait l'acquisition de 300 exemplaires". (extrait du texte signé L.B)...
Lire l'article complet

 

Allons jouer la croche ! - JIR (19/11/05)
Avant d’être délaissée au profit des sports importés (judo, karaté, kung-fu, etc), la croche, telle qu’elle se pratiquait il y a quatre ou cinq décennies, était une activité à la fois spontanée, indissociable de la vie de tous les jours....
Lire l'article complet

 

Article paru dans le Quotidien du 20 avril 2006.

....

 

La Croche renaît dans l'Ouest (JIR - 17 mai 2006)

....
 

Date de création : 25/10/2005 @ 07:42
Dernière modification : 17/12/2014 @ 12:06
Catégorie : La Croche en détail
Page lue 1568 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°3 

par Jeronimo le 28/02/2009 @ 09:16

Février 2009 : le Quotidien des Jeunes publie un article (d'une page complète) sur deux jeunes crocheurs, des passionnés de Plateau Caillou. C'est la nouvelle génération, celle qui a failli ne jamais connaître la lutte "péi". Le travail de mémoire est accompli. Une grande fierté pour les chercheurs de l'ombre.

Réaction n°2 

par Jeronimo le 03/05/2006 @ 08:51

Avril 2006 : Patrick Blanca a encore été invité au journal télévisé d'Antenne Réunion pour la promotion du livre sur "la croche".

Cela a été l'occasion de revoir des images d'archives quand l'Académie des Arts et des Lettres avait été réunie pour assister à une démonstration de "croche" et surtout pour déterminer officiellement le nom de certaines techniques.


Réaction n°1 

par Jeronimo le 26/10/2005 @ 07:33

Il faut également signaler plusieurs passages au journal télévisé d'Antenne Réunion (reportages de François Perraut) sans compter la récente invitation de Patrick Blanca au JT en Créole de RFO le samedi 9 octobre 2005.

Un scoop : un documentaire (durée approximative 30 minutes) est en cours de réalisation et devrait être finalisé dès la fin de l'année 2005.


Ils soutiennent La Croche

Préférences


Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 135 membres


Connectés :

( personne )

Recherche




Visites

 555179 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Sondage

Votez pour votre sport préféré
 
La croche / Lutte
Muay Thaï / Muay Boran
Taïdo
Karaté Tai Jiquan
Yoseikan-Budo
Autres...
Résultats

Revue de presse

Haut